Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Avis des lecteurs | L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans : L'insoumission

Publié le par Sonia Alain

Avis des lecteurs | L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans : L'insoumission

En 2013

Je suis en train de dévorer la partie 2 de l’Amour au temps de la guerre de Cent Ans. C’est toute une intrigue et tout un revirement. Je suis curieuse de savoir ce qui t’a portée dans cet univers. C’est génial et aussi vraiment intéressant à suivre.

Marie-Josée, Canada

J’ai adoré cette saga l’amour au temps de la guerre de cent ans.

Micheline, Canada

L’insoumission de Sonia Alain (L’amour au temps de la Guerre de Cent ans, tome 2) sera disponible en France en juillet 2013. Si vous aimez Angélique, laissez-vous tenter par cette saga de toute beauté!

Fans d’Anne Golon, France

Quelle belle lecture en perspective,… j’ai hâte de m’y mettre!! Bravo Sonia, quel talent!

Louise, Canada

Bravo pour ce roman que j’ai hâte de lire.

Johanne, Canada

Coucou ma belle Sonia, après avoir lu ton premier livre j’étais impatiente de voir la suite. Un gros merci car par ton écriture tu me permets de m’évader et d’oublier le temps. Bravo pour ton talent tu nous fais du bien.

Johane, Canada

Encore une fois, ton roman m’a captivée, dès le début, mes vallées de larmes ont été bien arrosées… l’ai lu en quelques jours. Une histoire qui serait pas mal intéressante à voir au cinéma. Tu es bourrée de talent Sonia! Merci de me faire vivre de telles émotions.

France, Canada

De retour de ma fin de semaine de congé, je voulais te dire que j’ai terminé la trilogie de Joffrey et Anne. Ohhhhh que c’était bon, on finit et on en veut encore. Bravo Sonia, belle écriture et on te suit jusqu’à la fin sans vouloir que ça finisse :) xxxx Continue, je suis prête à te lire encore et encore.

Sylvie, Canada

Tu as beaucoup de talent. Tu iras très loin. Je te le souhaite de tout mon cœur. BRAVO!

Lyne, Canada

Presque le tiers du tome 3 de lu. J’aime beaucoup le décor que tu as mis en place pour l’histoire. Je suis transportée au pays des mille et une nuits à chaque fois que j’ouvre le livre!

Johanne, Canada

Cette lecture m’a procuré de beaux moments d’émotion. Si les mariages à cette époque étaient le plus souvent affaire de stratégie, de calcul et de pouvoir – en particulier dans l’aristocratie -, parfois des passions durables émergeaient à la manière d’une fleur dans l’anfractuosité d’un rocher exposée à une succession d’intempérie et d’accalmies.

Dans ce climat impitoyable, les situations que vous présentez sont attachantes et les personnages nous parlent de la culture de leur époque, tels que cette vieille femme guérisseuse. Au-delà de la belle histoire d’amour, le lecteur peut aussi entrevoir le cadre de vie du temps et des relations entre les gens de toutes conditions sociales.

En plus d’être divertissante, cette lecture incite à prendre connaissance de l’histoire de la guerre de Cent Ans.

J’associe la qualité d’un roman au regret que j’éprouve quand je ferme la page après en avoir terminé la lecture. Je vous en remercie et je peux toujours espérer qu’il y aura une suite.

André, Canada

Il arrive bientôt en France… le livre de Sonia Alain… Une auteure à connaitre et qui a beaucoup de talent, et aussi une belle rencontre que j’ai faite via Twitter!

Elisabeth, France

Encore une fois, l'histoire d'Anne et Joffrey de Knox nous transporte à travers de multiples péripéties. Dans ce deuxième tome, l'histoire se déroule en majorité en Orient, où un mélange de culture inattendu se révèle pénible pour la châtelaine. Ce nouveau milieu et ses nouveaux pièges nous font voir une belle évolution des personnages. Si vous pensiez connaître le couple jusqu'à maintenant, vous en avez encore à découvrir! Avec le demi-frère de Joffrey plus près que jamais, on ne peut que retenir notre souffle jusqu'à la toute fin. Splendide!

Escape

Je l’ai terminé en le dévorant et j’ai adoré! J’aurais seulement aimé les voir heureux plus longtemps. Lire leur bonheur plus longuement. Ils n’ont jamais eu de répit!!!!!!!! L’esprit des harems apportent une belle couleur à l’intrigue ainsi que la vie dans cette portion du Maghreb. C’est une lecture qui vaut le détour!

Marie-Josée, Canada

Quels magnifiques livres tu as écrits! WOW! Félicitations! J’ai adoré!!!!!!!! Tu as un grand talent!!!!!!! Bravo!!!!!!

Isabelle, Canada

La trilogie de l’auteure québécoise Sonia Alain : Le masque du gerfaut, L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans tome 1 et 2. À lire absolument! Je les recommande à coup sûr. Un coup de cœur bien investi! Avec raisins, fromage Calumet et verre de vino blanco! Le paradis…

Anne, Canada

Pour plus de commentaires voir la section "Avis des lecteurs"

Voir les commentaires

Avis des lecteurs | L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans : La tourmente

Publié le par Sonia Alain

Avis des lecteurs | L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans : La tourmente

En 2013

J’ai fini ma lecture et je te lance mille fleurs! J’ai adoré ton Joffrey 2.0 (version grandement améliorée du Joffrey 1.0 que j’ai tant aimé haïr!) et j’ai hâte de lire le troisième tome de ta saga! Merci de m’avoir fait passer de si belles heures en tête à tête avec tes personnages! Continue d’écrire, tu es merveilleuse!

Valérie, Canada

J’ai découvert Le masque de Gerfaut grâce à la page Facebook des fans d’Anne Golon qui nous recommandait de vous lire… Quel plaisir! J’ai tout simplement adoré votre premier roman.

Inconditionnelle d’Anne Golon et affectionnant les romans du moyen âge de Jeanne Bourin, de deviens une de vos fans!

J’ai poursuivi avec l’amour au temps de la guerre de cent ans LA TOURMENTE… Une merveille!

Lizzie, France

Une petite merveille! Sonia Alain est une auteure québécoise qui restera dans mes favorites longtemps grâce à l’histoire d’Anne de Vallière et Joffrey de Knox. En me suggérant la lecture de son premier roman « Le masque du gerfaut », l’auteure m’a fait remarquer qu’il raconte les débuts du couple de la série « L’amour au temps de la guerre de Cent Ans ». Il n’est pas nécessaire de l’avoir lu avant de lire la série, mais c’est quand même bon à savoir! En tout cas je me le suis procuré en vitesse afin de faire tous les liens et pouvoir boucler la boucle avec le deuxième tome qui vient de paraître.

Escape, Canada

J’ai adoré tes 2 premiers livres que j’ai lu d’une traite, je n’ai pas encore l’Insoumission mais j’ai hâte!

Martine, France

Magnifique roman historique où l’on est plongé et c’est vrai comme dans un film tant les descriptions forment les décors où l’on y voit toutes les scènes détaillées, les paysages, les costumes, les couleurs… Les personnages y sont attachants et le Suspens est bien présent…

Gaëlle, France

« L’amour au temps de la guerre de cent ans » c’est aussi bon que « Le Masque du gerfaut » et ça, ça m’impressionne!!!

Marie, Canada

Pour un premier roman, cette saga historique pleine d’amour, de passion et de violence est une vraie réussite. Elle ravira tous les fans de belles histoires d’amour et les amoureux de l’Histoire avec un grand « h ». À l’heure où tant d’auteurs français cherchent à copier les auteurs américains, une Québécoise nous rappelle que notre Histoire en France est riche et qu’on peut y puiser l’inspiration à l’infini. Si vous aimez les romans d’Anne Golon ou de Juliette Benzoni, vous adorerez celui-ci. Il est la suite du premier tome paru sous le titre de « Le masque du Gerfaut ».

Scorpion65, France

Pour ceux et celles qui aiment une période de l’histoire troublée où l’Angleterre s’arrachait des terres françaises. Dans un roman palpitant, difficile de croire que le héros et l'héroïne survivent à de telles blessures mais... difficile de sortir du livre!

Martine, France

Pour plus de commentaires voir la section "Avis des lecteurs"

Voir les commentaires

Avis des lecteurs | Le masque du gerfaut

Publié le par Sonia Alain

Avis des lecteurs | Le masque du gerfaut

En 2013

J’ai lu le Masque du gerfaut…. Magnifique…. J’ai « gloutonné » du début à la fin.

Lucie, Canada

J’ai découvert Le masque de Gerfaut grâce à la page Facebook des fans d’Anne Golon qui nous recommandait de vous lire… Quel plaisir! J’ai tout simplement adoré votre premier roman.

Inconditionnelle d’Anne Golon et affectionnant les romans du moyen âge de Jeanne Bourin, de deviens une de vos fans!

J’ai poursuivi avec l’amour au temps de la guerre de cent ans LA TOURMENTE… Une merveille!

Lizzie, France

Pour ma part, Le masque du gerfaut demeure, à ce jour, le seul livre que j’ai lu d’un seul souffle sans être capable de me résoudre à m’arrêter… Félicitations encore et encore!

Anne, Canada

J’ai adoré, excellant livre. Joffrey montre une grande obstination face à Anne, pour laquelle il éprouve des sentiments, mais son orgueil lui fait perdre la tête et pourrais bien lui faire perdre Anne… Mais l’amour triomphe à chaque fois :)

Venusee, Canada

Aucunement déçue. Un excellent mélange d’aventure, d’amour, de haine et d’orgueil… Comme quoi nos sentiments peuvent souvent nous mener par le bout du nez et nous faire passer par-dessus les pires souffrances.

Escape, Canada

J’ai adoré tes 2 premiers livres que j’ai lu d’une traite, je n’ai pas encore l’Insoumission mais j’ai hâte!

Martine, France

Si vous aimez les belles, les très belles histoires médiévales, je ne saurais trop vous conseiller « Le masque du gerfaut » de la romancière Sonia Alain. Quelle extraordinaire découverte. C’est simple, je n’en suis qu’à la moitié et je suis déjà accro! :)

Bleuette, France

J’ai commencé hier de livre et j’ai terminé ce matin…..Je vous invite à découvrir Anne et son tempérament bien trempé…..je ne vous en dis pas plus, sinon qu’une fois le livre terminé, vous voudrez lire la suite de ses aventures dans « L’amour au temps de la guerre de cent ans »…..que je vais commencer aujourd’hui même! Merci Sonia, un livre qu’on a envie de lire d’un jet……je n’ai pas su résister :)

L’île Lettrée

Chère Sonia, je suis plongée dans la lecture du « masque du Gerfaut » quel plaisir de lire un bon roman historique!

Manon, France

Le masque du Gerfaut est juste génial, je l’ai dévoré :)

Yolaine, France

Un roman d'amour prenant, passionnant, servi par un contexte parfaitement maîtrisé. Les personnages et les faits sont très réalistes. C'est une histoire d'amour qui est loin du sirupeux et de la mièvrerie, avec sa part de violence. Le héros est terriblement antipathique dès le départ alors que l'héroïne se montre digne et courageuse face à sa violence et sa maladresse de guerrier blasé et mal dégrossi. Tous les deux sont fidèles à leur époque, tels que devaient être un chevalier et une gente dame. Leur vie également est telle qu'elle devait être en ces temps reculés. Dans la lignée de Jeanne Bourin ou de Juliette Benzoni, ou encore dans celle de Mireille Calmel, ce roman très réussi enchantera les amateurs d'Histoire et ceux de belles histoires d'amour.

Scorpion65, France

Une très belle histoire avec un très bon contexte historique, l’histoire commence en 1335 la France est réparties en plusieurs comtés dirigés par de puissants seigneurs, ces comtés font l’objet de convoitise ce qui crée des rivalités.

Le seigneur de Vallière possède les terres du sud ce que lui envie le seigneur Knox un homme cruel, dénué de sentiments et aux mœurs légères.

Suite à un voyage et au temps froid De Vallière trouve refuge chez le seigneur Knox, la boisson et le jeu aidant De Vallière se fait dépouiller de l’argent et surtout la main de sa fille cadette Anne au fils de Knox : Joffrey qui semble autant dénué de morale que son père. C’est la mort dans l’âme que de Vallière rentre sur ses terres pour annoncer la triste nouvelle…

10 ans après plus tard nous retrouvons la famille De Valière Anne et maintenant âgée de 19 ans, son frère et sa mère : Dame Viviane commence à réfléchir à une union profitable pour elle, mais l’arrivé de Joffrey de Knox va bouleverser la vie de la jeune fille…

Sonia Alain signe un très bon roman, le contexte historique et le climat politique est riche, pour ma part j’en ai beaucoup appris, les personnages sont attachants j’ai beaucoup aimée Anne qui au départ subit son destin et par la suite décide de se relever et l’affronter, quand à Joffrey son éducation et son expérience sur les champs de bataille l’a rendu amer et cruel mais face à la pureté et la jeunesse de Anne il perd ses certitudes.

Une belle histoire d’amour qui n’a rien de simple, les unions à l’époque étaient souvent arrangés les jeunes filles partaient loin de leur famille.

L’époque est très bien narré on s’y croirait, les descriptions des châteaux, des combats, des blessures (certaines scènes de combats ou de tortures sont un peu difficiles mais criante de vérité), de même que le contexte religieux est très bien retranscrit à cette époque l’église tient une place importante dans les décisions politique.

Un univers riche, de bons personnages et une belle histoire.

Pour conclure une excellente lecture que je recommande.

Lola, France

Au début du roman les noms à retenir me semblaient bien compliqués. Mais qui n’aimerait pas être à la place de l’héroïne qui découvre sous des aspects brutaux un homme amoureux?

Martine, France

J’ai lu « Le masque du gerfaut » en quelques jours seulement. C’est palpitant! On a de la difficulté à poser le livre… Je devine le travail de recherche que cela a dû demander… Bravo, Sonia pour cela, et pour ton talent d’écrivaine.

Danielle, Canada

Oui, il faut aimer ses personnages pour que les lecteurs les aiment à leur tour! Et ce personnage (Joffrey de Knox) est d’autant plus intéressant qu’il est tout de même difficile à aimer (en tout cas au début). En tout cas ça change des personnages trop lisses!

Sophie, France

Vous aimez les romans historiques? Vous aimerez à coup sûr ses romans!!

Mona, Canada

Mon fiston « Ado de 16 ans » s’était apporté 2 livres en voyage cet été. Comme il les a lu plus vite qu’il ne croyait et qu’il n’avait plus rien à lire et bien je lui ai donné « Le masque du gerfaut » et il a passé au travers en disant : pas pire… pour un gars de cette âge-là je trouve que c’est bon pour toi!!!

Marie-Josée, Canada

Pour plus de commentaires voir la section "Avis des lecteurs"

Voir les commentaires

L'interview de Sonia Alain

Publié le par Sonia Alain

L'interview de Sonia Alain

Par Virginie Fleuranceau, site Un Peu De Lecture

Le 19 juin 2013

Le bla bla de... Sonia Alain

Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions.

C’est un plaisir pour moi. Merci beaucoup pour cette belle visibilité !

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?

Déjà adolescente, je prenais plaisir à écrire de petites histoires que je faisais lire parfois à mon entourage. Ce n’est que plus tard, qu’une personne proche de moi m’a signalé qu’il serait intéressant de proposer mes écrits à une maison d’édition. C’est ainsi que mon roman « Le masque du gerfaut » fut publié.

Quel est ton genre favori ?

J’adore lire des romans historiques (époque du Moyen Âge et victorienne). J’aime beaucoup aussi le fantastique.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?

Je commence toujours par faire des recherches. C’est ce qui m’aide d’ailleurs à construire mon histoire, car je trouve plein d’idées intéressantes qui stimulent mon imagination. Je construis un plan de l’idée générale. Il se peut par contre que mon histoire change en cours de route, dépendant des chemins que me feront prendre mes personnages. J’écris aussi plusieurs idées sur des bouts de papier qui seront ultérieurement insérées dans mon histoire.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?

J’explique ce que mes personnages vivent dans le présent, et parfois je reviens dans le passé. J’aime bien aussi inclure des dialogues dans mes histoires, car cela aide à faire vivre le récit.

Quels écrivains admires-tu le plus?

Anne Golon, Marion Zimmer Bradley, Diane Lacombe, Diana Gabaldon, Karen Marie Moning, Jane Austen

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?

Le fait qu’ils deviennent presque réels pour moi aide à les rendre crédibles. Ils prennent vie sous ma plume et j’y insère des émotions qui me sont familières ou bien qui font vibrer mon cœur. Il y a un peu de moi dans le personnage féminin principal, des gens de mon entourage dans les autres personnages. De plus, je fais des recherches sur le web pour trouver des images qui représentent le mieux mes personnages, afin de me le représenter plus facilement. Je colle ces images sur mon mur pour qu’ils soient présents en tout temps.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?

Pour moi, ainsi que pour les autres. J’écris des histoires que j’aimerais lire, qui font tressaillir mon cœur. Je les partage ensuite avec mon public pour les faire vibrer à leur tour.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?

Beaucoup ! J’ai besoin de l’opinion des lecteurs pour savoir ce qu’il leur plait, ce qui les touche le plus. J’aime savoir les émotions que suscitent mes récits.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?

J’ai deux auteures qui relisent mes manuscrits une fois qu’ils sont terminés, afin que je puisse les améliorer avant de les présenter à ma maison d’édition.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?

Il arrive que je doive respecter des dates spécifiques de remise de manuscrit. C’est un peu plus stressant dans ces conditions, car il faut alors s’imposer une discipline plus stricte. Sinon, j’ai besoin d’être plongée quotidiennement dans mes récits, que ce soit pour composer, corriger, relire ou réécrire.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?

Je mets toujours une musique d’ambiance en lien avec le récit que j’écris. Je fais rejouer en boucle ces musiques. Il s’agit principalement de musique instrumentale de film ou bien de musique celtique. Si mon environnement est trop bruyant, je mets des écouteurs.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?

J’écris toujours dans un cahier. J’aime écrire à la main avec un crayon mine (j’ai d’ailleurs un crayon bien spécifique pour l’écriture). Par la suite, je retranscris le tout à l’ordinateur. J’imprime et je retravaille le texte. Pour la correction, j’utilise cependant le logiciel Antidote.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?

Bonne en général. Il est certain que le milieu de l’édition n’est pas facile. Ce qui est le plus difficile, c’est de devoir trouver une maison d’édition de prime abord, qui acceptera de publier notre roman. Il faut avoir un bon contact avec notre maison d’édition, car c’est pour longtemps…

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?

Ma saga historique (3 romans) est maintenant terminée : Le masque du gerfaut, L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans (tome 1 & 2). Eh oui ! Même si le titre du premier roman est différent des 2 autres, il s’agit de la même série. J’ai dû malheureusement changer de maison d’édition en cour de route, et donc de titre.

Pour le moment, j’en suis à travailler sur une nouvelle série de 4 romans. Il s’agit cette fois-ci de fantastique, avec un soupçon d’historique. Mon premier tome est terminé et prêt à être publié. Le tome 2 est en court de correction. D’ici deux mois, je commencerai les recherches pour mon tome 3.

Le dernier mot est pour toi…

Il arrive que les gens ne soient pas portés vers mes romans, car ils croient que le récit risque de ne pas les intéresser, parce que l’histoire se déroule au Moyen Âge. Il ne faut pas s’arrêter à ce détail. Le contexte est historique, mais écrit avec un langage universel. C’est avant tout un récit d’amour et d’aventure. Les émotions y sont très intenses et c’est souvent ce qui marque les lecteurs. Il ne faut pas hésiter à se laisser séduire par l’histoire d’Anne et de Joffrey…

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

Un Peu De Lecture

Voir les commentaires

Une chronique sur Le Globe

Publié le par Sonia Alain

Une chronique sur Le Globe

Par Sonia Alain, Le Globe

Le 17 juin 2013

Entrevue – Histoire érotique pour adultes consentants de Sylvie Ouellette

Un roman qui n’a pas froid aux yeux, mais qui se révèle des plus fiévreux…

Déshabillez-vous

L’histoire est très bien écrite, et surtout chargée d’érotisme, ou hommes et femmes partagent des fantasmes similaires. Vous découvrirez à l’intérieur de ce roman une quête du plaisir qui ne souffre aucune restriction, ou les antagonistes explorent parfois des accessoires dans des salles pour le moins des plus inusitées.

Judith, une jeune infirmière, entame un nouveau travail dans la Clinique Dorchester, un centre spécialisé en chirurgie esthétique. Rapidement, elle découvre que sous ses dehors de respectabilité, se cache un aspect beaucoup plus lubrique.

En fait, le personnel de la clinique adopte des comportements des plus libertins, non seulement avec sa clientèle aisée, mais également entre eux. Alors que certains employés se révèlent fort complaisants et attentionnés, d’autres sont des plus dominateurs. De plus, des pièces secrètes se cachent entre les murs de la clinique et parfois, certaines salles semblent ne pas servir uniquement qu’aux soins de santé.

Judith goûtera peu à peu à cette médecine peu orthodoxe, mais qui la laissera patoise de contentement…

Voici un extrait

Déshabillez-vous, Sylvie Ouellette, Guy Saint-Jean éditeur, 2013

Car la pièce était faite pour cela, d’après ce que pouvait voir Judith. C’était un lieu où les gens venaient vivre leurs fantasmes sans s’imposer aux autres. Tout avait été soigneusement conçu pour offrir une large gamme de mises en scène, dans le respect de la tradition médicale ancienne, tout cela rempli d’imagination et de mystère, d’excitation et de lubricité.

Plus que jamais, elle comprenait le sens des paroles de Desmond : savoir la vérité, c’est une chose, mais la découvrir avec son corps, c’est beaucoup mieux.

Entrevue

Pourquoi des romans érotiques?

Et pourquoi pas des romans érotiques? Il y a un public pour tout. Les gens lisent des romans pour sortir de leur ordinaire, rêver, voyager, s’attacher à un personnage, et vivre dans sa peau, à la limite. Le roman érotique n’est qu’une autre façon de faire tout ça. Et il est intemporel : il y a toujours eu, il y a encore, et il y aura toujours des romans plus épicés. C’est un des rares genres qui ne passera jamais, à mon avis. Et comme chaque année il y a un jeune public qui atteint l’âge d’en lire, la relève est assurée. Même en 2013, quand on pense qu’on a tout vu, tout entendu, et qu’on vit dans une société où le sexe est omniprésent, l’érotisme conserve toujours ce goût de fruit défendu qui fait qu’on est encore incapable d’en parler sans rougir ou rire nerveusement. C’est ce qui fait son attrait. Surtout maintenant avec l’avènement du livre électronique, qui rend l’achat plus anonyme et aisé.

Où trouvez-vous vos idées pour l’élaboration de vos histoires?

Au départ, j’ai commencé à écrire de l’érotisme à une époque de ma vie où j’étais célibataire et sans enfants. J’avais à peine 30 ans et de l’imagination à revendre. Dès que j’ai osé parler de ce que j’écrivais, je me suis mise à recevoir toutes sortes de confidences et d’anecdotes qui, vraies ou fausses, m’ont tout de même fourni beaucoup de matériel. Bien entendu, comme ça reste un roman, il faut élaborer une trame, définir des personnages, leur donner une vie. Et tout bon roman érotique qui se respecte doit avoir comme trame de fond ou fil conducteur une histoire basée sur le sexe, que ce soit un éveil, une quête, une conquête, etc. On ne peut pas simplement écrire un polar ou un roman de science-fiction et y ajouter quelques passages plus épicés – ce n’est pas de l’érotisme.

Comment réagissent les lecteurs à la suite de votre récit?

La réaction survient surtout lorsqu’ils me rencontrent. J’entends toutes sortes de variations du genre «t’as tellement pas l’air de ça», comme s’il fallait avoir un physique particulier, une façon de s’habiller ou une expérience de vie débridée pour pouvoir écrire de l’érotisme. Puis, bien entendu, suivent souvent les blagues salaces, à savoir «est-ce que vous écrivez à partir d’expériences personnelles?» – ce à quoi je ne réponds même plus désormais.

De quelle façon présentez-vous votre roman au public?

En général, la promotion se fait beaucoup de bouche à oreille. Vu la nature des romans, ce n’est pas le genre de chose que j’irais claironner sur les toits, mais je ne m’en cache pas ni ne m’en défends non plus. Le lectorat me trouve assez aisément. Les amateurs d’érotisme savent où chercher.

Pour suivre l’auteure, vous pouvez la retrouver sur :

Liste complète de ses parutions

  • Le Secret du Docteur Barry, JCL Éditeur, Saguenay, 2012
  • Maria Monk, VLB Éditeur, Montréal, 2007
  • Sexy sashimi (traduction de Jasmine Blossoms), VLB Éditeur, Montréal, 2006
  • Une Libertine en Nouvelle-France (traduction de The King’s Girl), VLB Éditeur, Montréal, 2005
  • Jasmine Blossoms, collection Black Lace, Virgin Publishing, London, 1997
  • The King’s Girl, collection Black Lace, Virgin Publishing, London, 1996
  • Healing Passion, collection Black Lace, Virgin Publishing, London, 1995

Le Globe

Voir les commentaires

Une nouvelle critique de France

Publié le par Sonia Alain

Une nouvelle critique de France

Par Claire Saim, site Internet Onirik

Le 13 juin 2013

Dernier tome de la saga de Sonia Alain, romancière québécoise de grand talent

Enfin la suite des amours contrariées d’Anne et de Joffrey... Si vous vous dites que souffle sur cette saga un petit vent d’Angélique...vous n’avez pas tort, la romancière étant une très grande fan d’Anne Golon et de ses personnages mythiques.

Nous avions laissé nos deux héros en pleine félicité conjugale, le chemin avait été bien long pour eux, à se laisser approcher, à s’apprivoiser, à s’accepter, et à imposer leur amour envers et contre tous. Ce dernier tome les remet sur les routes, en pleine tourmente de la guerre entre la France et l’Angleterre, le danger est grand pour Anne et les enfants.

Joffrey prend donc la décision de se rendre sur ses terres en Afrique du Nord, à Tlemcen (on pense inévitablement au Rescator et aux Barbaresques), mais la blanche cité écrasée de soleil et balayée par les vents méditerranéens n’est peut-être pas le paradis rêvé pour Anne et les siens.

Cette fois, le danger viendra directement de l’intérieur... Nous n’en révélerons pas plus, car c’est un plaisir de se laisser mener et manipuler par la fine plume de Sonia Alain qui encore une fois n’hésite pas à malmener ses héros, à les pousser dans leurs plus sombres retranchements...

Une saga flamboyante, intense et passionnante jusque dans ses dernières lignes, à qui l’on pardonne aisément quelques petites maladresses.

Avis +

Onirik

Voir les commentaires

À la recherche d'un livre pour vos enfants?

Publié le par Sonia Alain

À la recherche d'un livre pour vos enfants?

Si vous êtes à la recherche de lecture pour vos enfants cet été, je vous propose une belle brochette d'auteurs jeunesse québécois. Découvrez de merveilleux livres!

Liste Scoop.it

Listes Pinterest : albums jeunesse, livres jeunesses

Voir les commentaires

À la recherche de lecture?

Publié le par Sonia Alain

À la recherche de lecture?

Si vous êtes à la recherche de lecture cet été, je vous propose une belle brochette d'auteurs québécois. Découvrez de merveilleux romans!

Liste Scoop.it

Liste Pinterest

Voir les commentaires

Grand tirage!

Publié le par Sonia Alain

Grand tirage!

À gagner, la série complète de ma saga historique : « Le masque du gerfaut », « L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans (tome 1 & 2) ».

Pour participer, cliquer « J’aime » sur la page Facebook de « L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans » ou « Le masque du gerfaut ». Si vous partagez ce message avec vos amis sur Facebook, vous doublez vos chances de gagner.

Voici les deux liens :

https://www.facebook.com/pages/Lamour-au-temps-de-la-Guerre-de-Cent-Ans/302675199831694?ref=hl

https://www.facebook.com/LeMasqueDuGerfaut?ref=hl

Le tirage prendra fin le 30 juin 2013.

Bonne chance à tous!

Voir les commentaires

Une chronique sur Le Globe

Publié le par Sonia Alain

Une chronique sur Le Globe

Par Sonia Alain, Le Globe

Le 4 juin 2013

Entrevue : Le petit guide du savoir-vivre de Sandra Paré!

Sandra Paré n’en est pas à ses premières armes en la matière puisqu’elle est également l’auteure de deux livres similaires : « Savoir vivre, c’est facile (pour les filles) » « Savoir vivre, c’est facile (pour les garçons) ».

Savoir vivre au quotidien, c’est facile (petits gestes et bonnes manières)

À l’ère actuelle où tout va trop vite et où la familiarité est de mise partout, il s’avère que certaines valeurs se retrouvent parfois écorchées au passage. Le savoir-vivre est l’une des valeurs qui a perdu de son lustre au fils du temps. Est-ce une bonne chose? Je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même…

Il est important de noter que ce guide est avant toute chose un outil de référence pratique qui nous rappelle les règles des bonnes manières. Fait sous forme de courtes histoires emplies d’humour, il se veut léger, et nullement moralisateur.

Mais qu’est-ce que nous entendons par « bonne manière »? En fait, ce terme englobe bien des points, entre autres, le civisme, la politesse, l’étiquette et la bienséance.

Un livre pratique pour le quotidien…

Voici un extrait

Savoir vivre au quotidien, c’est facile : petits gestes et bonnes manières, Sandra Paré, Éditions La Semaine, 2013

« Il est tellement facile de se plaindre du comportement des autres sans se demander si nous sommes nous-mêmes des exemples de savoir-vivre. Peu importe le nom qu’on lui donne, le savoir-vivre englobe tout ce qui nous permet de vivre ensemble. »

Entrevue

Pourquoi des livres sur le savoir-vivre?

C’est mon éducation qui me donne envie de partager mes connaissances, mais aussi parce que je sais ce que c’est que de se sentir mal quand on ne sait pas comment agir. Plus jeune, j’étais mal dans ma peau et ce sont les connaissances à ce niveau qui m’ont permis de me sentir mieux et avoir une carrière enrichissante.

Je trouve que nous faisons bien mauvaise figure de ne pas savoir la base des bonnes manières. Il faut avoir voyagé pour constater la mauvaise réputation qu’ont les Québécois sur ce sujet. On nous regarde de haut, comme si nous ne savions pas tenir une fourchette ou tenir une porte. Malheureusement cela arrive encore!

D’ailleurs, je ne pouvais pas avoir écrit trois livres pour les adolescents sur ce sujet, sans parler à leurs parents. Ce livre c’est la base, rien de moins. Chacun y trouvera sa propre échelle de valeur et tant mieux si quelqu’un en fait la lecture sans y apprendre quelque chose, cela voudra dire que cette personne connait déjà les bases des bonnes manières. Elle trouvera certainement quelqu’un à qui l’offrir, en attendant mon prochain ouvrage qui sera vraiment plus poussé dans le sujet.

Où trouvez-vous toutes ces références?

Dans mon expérience personnelle, ayant été plongée depuis l’âge de 14 ans dans ce milieu. J’ai été à l’emploi d’une famille qui voyageait partout dans le monde et qui m’a enseigné la base de l’étiquette et du protocole. Plus tard, ce sont mes études sur le sujet qui ont guidé ma façon d’organiser des événements et de recevoir des gens importants d’une richesse et d’une culture remarquable.

Quelle est la réaction des gens en général face à ce sujet?

Pas facile! Les gens se sentent attaqués dans leur estime personnelle. Pourtant, il est normal que nous n’ayons pas eu cette éducation. Nous sommes les descendants de gens courageux qui ont développé le Québec en s’entassant à 14 personnes dans une cuisine pour survivre. Seuls les religieux, religieuses ont enseigné les bonnes manières en omettant des aspects primordiaux. Il y a bien des familles plus chanceuses que d’autres qui ont pu enseigner les bonnes manières à leurs descendants. Il est donc normal que 350 ans plus tard, nous soyons encore à la recherche de points de repère.

Le deuxième facteur, est que l’on débute trop tard l’éducation des jeunes sur le sujet. Les adolescents écoutent trop peu leurs parents et ne voient pas en quoi « bien agir » va leur servir. Alors qu’ils cherchent à se dissocier des dogmes de la société, les parents les y entraînent avec bien peu de succès. Voilà pourquoi mes conférences fonctionnent, car je ne suis pas leur mère et qu’ils m’avouent lire mes livres « en cachette » en les empruntant dans une bibliothèque.

Voilà pourquoi dans ce dernier livre, qui s’adresse aux adultes et aussi aux personnes âgées, je raconte des histoires vécues. Je les aie un tantinet romancées, mais tout le contenu de ce livre a été vécu par quelqu’un, sauf une seule des histoires et encore. C’est le livre à laisser traîner sur une table et espérer que quelqu’un le consulte.

Comment abordez-vous ce thème avec votre entourage?

Avec mon entourage, je ne joue pas la carte de madame biiiiienséaaaaance. Je suis moi-même une personne qui oublie de dire merci à l’occasion comme tout le monde. Sauf, que lorsque je fais une erreur, je sais que je l’ai faite, car je connais ce que j’aurais dû faire. Donc oui, je constate les erreurs des autres, autant que les miennes, mais je ne les soulève que rarement. Si quelqu’un me demande quoi faire ou comment agir dans une telle ou telle situation, je me fais un plaisir de l’informer.

Quand on sait comment agir dans la vie, on ne passe pas sa vie à s’excuser et on avance en regardant malheureusement plusieurs de nos connaissances rester en arrière.

Pour suivre l’auteure, vous pouvez la retrouver sur :

Le Globe

Voir les commentaires