Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lancement collectif de Goélette - Avec Marie Potvin

Publié le par Sonia Alain

Edith Kabuya, Marc Fisher, Marie Potvin et moi - Une belle soirée!

Edith Kabuya, Marc Fisher, Marie Potvin et moi - Une belle soirée!

Voir les commentaires

Finaliste au Festival du 1er roman de Chambéry

Publié le par Sonia Alain

Finaliste au Festival du 1er roman de Chambéry

Saviez-vous que "Le masque du gerfaut" s'était retrouvé finaliste au Festival du 1er roman de Chambéry en 2011 en France pour le meilleur livre francophone à travers le monde (catégorie 1er roman).

Voir les commentaires

Une chronique sur La Métropole

Publié le par Sonia Alain

Une chronique sur La Métropole

Par Sonia Alain, La Métropole

Le 16 octobre 2013

Culloden la fin des clans

Un roman historique qui nous transporte dans les Highlands en 1746, alors que la rébellion Jacobite vient d’être écrasée par l’armée anglaise. La vie peut-elle seulement suivre son cours après un tel massacre?

Une belle romance qui prend naissance au cœur même de l’adversité. Un pan historique de cette nation raconté avec brio. À travers la fuite de Lachlan et d’Aimili on ressent toute la souffrance éprouvée par ce peuple durement atteint. Cependant, l’amour parvint à se frayer un passage parmi ses nombreux bouleversements, entrainant Lachlan et Aimili sur un chemin qu’ils n’auraient jamais envisagé. Un récit bien écrit, avec un souci des détails et de l’exactitude des faits. Un roman qui nous tient en haleine, où le courage, l’honneur et la loyauté sont de mise.

Suite à la défaite du mouvement Jacobite à Culloden, les survivants n’ont d’autres choix que de fuir. Traqué sans relâche par l’armée anglaise, Lachlan MacGregor mène un groupe d’hommes à travers l’Écosse afin de les ramener sain et sauf dans leur village, tout en déployant une énergie considérable pour échapper à l’ennemi. Sur la route d’Édimbourg, son chemin croise celui d’Aimili Munro, une jeune femme qui se retrouve complètement démunie après que son père fut tué et sa maison brûlée.

Lachlan accepte de la prendre sous son aile, mais Aimili est l’unique femme au sein de cette petite troupe de guerriers, ce qui n’est pas toujours aisé. Parée de son seul courage, elle devra vivre dans des conditions extrêmes et tout tenter pour survivre. Étrangement, des sentiments inattendus naîtront entre Lachlan et Aimili, compliquant d’autant plus leur fuite. Des rebondissements surviennent, les entrainant sur des rivages incertains.

Que leur réservera l’avenir? Un amour sincère peut-il seulement éclore dans de telles conditions?

VOICI UN EXTRAIT:



Culloden : La fin des clans, Valérie Langlois, vlb éditeur, 2011

« Péniblement, Lachlan réussit à s’extraire de sa paillasse.
Il allait certainement perdre la tête s’il devait rester une heure de plus allongé dans ce lit! Sa blessure guérissait fort lentement, et il avait mis de nombreuses journées avant de parvenir à s’asseoir.
Le sourire d’Aimili lui manquait cruellement, et Lachlan se demanda si sa blessure avait affaibli sa raison autant que son corps. Jamais son cœur endurci n’avait autant souffert auparavant. »

L’auteure publiera en 2014 un deuxième roman. Il s’agira d’une toute nouvelle histoire, mais qui se déroulera dans les mêmes lieux, à la même époque, et avec certains
personnages de « La fin des clans ».

Bonne lecture!

La Métropole

Voir les commentaires

Atelier d'écriture de Marc Fisher

Publié le par Sonia Alain

Martine Desautels, Luc Dessureault, Sophie-Luce Morin, moi, Marie Potvin, Christine Michaud (invitée d'honneur), Sandra Lane, Danièle Couture, Amélie Dubois (invitée d'honneur)

Martine Desautels, Luc Dessureault, Sophie-Luce Morin, moi, Marie Potvin, Christine Michaud (invitée d'honneur), Sandra Lane, Danièle Couture, Amélie Dubois (invitée d'honneur)

Voir les commentaires

Atelier d'écriture de Marc Fisher

Publié le par Sonia Alain

Une journée très instructive - En compagnie de plusieurs auteus : Sandra Lane, Laïla Héloua, Marie Potvin, Marc Fisher, Sophie-Luce Morin, Martine Desautels et Luc Dessureault

Une journée très instructive - En compagnie de plusieurs auteus : Sandra Lane, Laïla Héloua, Marie Potvin, Marc Fisher, Sophie-Luce Morin, Martine Desautels et Luc Dessureault

Voir les commentaires

Distinction chez Archambault

Publié le par Sonia Alain

Distinction chez Archambault

Une romance à travers le temps! | Une histoire riche en émotions! | "Le masque du gerfaut" de Sonia Alain | mention "On Aime" chez Archambault | également livre du mois à découvrir chez Archambault |

http://www.archambault.ca/alainsonia-masque-du-gerfautle-ACH002447727-fr-pr

Voir les commentaires

Les châteaux

Publié le par Sonia Alain

Les châteaux

Pour découvrir de magnifiques châteaux...

Les châteaux qui se retrouvent dans ma saga historique sont :

  • Château d'Alleuze
  • Château de Tonquédec
  • Tour de Londres (la tour blanche)
  • Château de Clisson
  • Château de Fontainebleau
  • Le Louvre

Voici différents liens :

Vidéo sur le web :

Voir les commentaires

Entrevue avec Marie Potvin, une auteure de chicklit incontournable

Publié le par Sonia Alain

Entrevue avec Marie Potvin, une auteure de chicklit incontournable

Par Sonia Alain, Le Globe

Le 21 octobre 2013

C’est en lisant « Le retour de Manon Lachance » que j’ai découvert Marie Potvin et le chicklit. D’emblée, son style d’écriture et son humour m’ont accrochée. Un vrai rayon de soleil…

Il était trois fois… Manon, Suzie, Flavie

De prime abord, ces trois histoires ont été publiées en format numérique par Numeriklivre (séparément). Voyant le succès de Marie Potvin auprès des lectrices du Québec et de la France, Les Éditions Goélette proposèrent à l’auteure de publier également ses romans en format papier. C’est ainsi que nait « Il était trois fois… Manon, Suzie, Flavie »; la fusion de « La naufragée urbaine », « Suzie et l’homme des bois », et « Le retour de Manon Lachance ». Un vrai régal!

Les histoires de Marie Potvin sont de véritables bouffées d’air frais, du bonbon pour les yeux et le cœur. Lorsque je lie l’un de ses romans, je sais d’avance que je vais passer de bons moments tout en humour et en romantisme.

Les personnages féminins de Marie Potvin sont souvent hauts en couleur et ne manquent pas de nous faire sourire par leurs réactions et leurs réflexions. Quant aux personnages masculins, ils sont, disons… très inspirants…

Manon

Manon devient l’heureuse propriétaire d’une maison. Toutefois, la demeure a besoin de sérieuses réparations. Pour effectuer le travail, deux hommes lui proposeront son aide. Il y a Patrick, l’Adonis et Martin, son ennemi de toujours. Pour Manon, rien ne fonctionnera comme prévu. La vie a parfois une façon bien à elle de tester le cœur des femmes.

Suzie

Suzie est une jeune femme qui cherche encore son identité. Sur un coup de tête, elle accepte de servir de cuisinière à un groupe de douze prisonniers en réinsertion pour un mois, en plein cœur de la forêt. Le problème, c’est qu’elle ignore dans quelle galère elle se lance en réalité. Une fois sur place, elle doit affronter non seulement tous ces hommes, mais également Sœur Simone, cette religieuse qui ne lui rend pas la vie facile. Mais surtout, il y a Frank Thibault.

Flavie

Que faire quand vous avez perdu toute confiance en vous et que votre vie n’est qu’une succession de mauvaises expériences? Difficile de se relever. Pourtant, Flavie décide un jour de reprendre son existence en main, de trouver un appartement bien à elle. Le problème, c’est que celui dans lequel elle vient d’aménager appartient à Mathieu Latour, un homme sarcastique. Tout l’opposé de son frère, Hugo, qui lui inspire la dévotion. Prise entre deux feux, Flavie tentera de départir le vrai du faux.

Voici un extrait

« -Suzie, tu me donnes un torticolis, vas-tu, oui ou non, sauter dans mes bras?

Je saute, c’est bien certain, quelle folle ne le ferait pas? Je suis même tombée gracieusement, exactement comme une fée.

-Tu en as mis du temps, dit-il en posant ses mains sur mes joues.

Ma voix est un murmure, comme si j’avais une peur bleue de gâcher l’instant.

-Ce n’était pas si simple, tu es un vrai menhir, tu sais.

-Toi, une entêtée.

Je vois mal les traits de son visage à contrejour, je dois incliner la tête pour qu’une branche feuillue serviable fasse obstacle aux rayons invasifs. Ah, le voilà, le regard intensément brillant qui m’intimide et me sécurise à la fois.»

Il était trois fois… Manon, Suzie, Flavie, Marie Potvin, Les Éditions Goélette, 2013

Entrevue

Qu’est-ce qui vous attire dans le chicklit?

Quelle belle question! En fait, le chicklit tel qu’on le nomme aujourd’hui rassemble plusieurs genres. Il y a autant de sortes de chicklits que d’auteurs qui en écrivent. De mon côté, ce qui me passionne, c’est la création d’intrigues amoureuses, de jouer avec les émotions, le tiraillement entre l’amour et la haine, la confiance et la méfiance, tous ces sentiments opposés qui, lorsque bien traités dans un roman, nous font vibrer. Je pourrais donc davantage dire que ce que j’écris, c’est de la romance. Sous forme parfois humoristique, mais la saveur « comique » n’est pas mon but premier.

Voyez-vous une différence entre le numérique et le roman papier?

C’est un immense privilège d’avoir le meilleur des deux mondes. Dans le numérique, c’est toute la francophonie qui est ciblée. Mes livres sont autant connus en Europe qu’au Québec, grâce à Numériklivres.

Dans le monde du papier, c’est un tout autre univers! Les Éditions Goélette font un travail extraordinaire. Étant spécialisés dans la grande distribution, j’ai la chance de voir mes romans dans le réseau entier du Québec. Pour « Il était trois fois… Manon, Suzie, Flavie », la couverture médiatique a été sensationnelle (Journal de Montréal et de Québec, Clin d’œil, Écho Vedettes, Radio-Canada, etc…).

Vraiment, vivre l’aventure dans les deux univers est un réel cadeau.

Comment choisissez-vous vos personnages masculins?

Beaux, grands, forts et implacables (rires)!!

Sérieusement, mes personnages, autant masculins que féminins, se façonnent naturellement pendant l’élaboration de l’histoire. Leur caractère, goûts, personnalité, leur passé, leur présent, tout ça, c’est la magie de l’écriture qui le fait.

Quels sont vos projets dans le futur?

Outre le tome 1 de « Les héros, ça s’trompe jamais » en version « papier » chez les Éditions Goélette, d’autres parutions sont déjà en branle pour novembre et l’hiver. L’aventurière des causes perdues », un suspens romantique paru chez Numériklivres, sera déployé en novembre prochain en version papier, et la même chose pour le tome 2 de « Les héros, ça s’trompe jamais » à l’hiver 2014.

Je suis présentement en écriture du tome 3 et j’ai quelques autres projets sur la planche.

Pour suivre l’auteure, vous pouvez la retrouver sur :

Autres livres publiés

  • Les héros, ça s’trompe jamais tome 1, Les Éditions Goélette, 2013
  • L’aventurière des causes perdues, Les Éditions Goélette, novembre 2013
  • Les héros, ça s’trompe jamais tome 2, Les Éditons Goélette, hiver 2014
  • Les héros, ça s’trompe jamais tome 3, Les Éditions Goélette, automne 2014

Le Globe

Voir les commentaires

Salon du livre de l'Estrie avec mon roman "Le masque du gerfaut"

Publié le par Sonia Alain

Fière de montrer mon p'tit premier, sortie depuis 4 ans déjà. Comme le temps passe vite. Depuis, il a traversé l'océan pour aller jusqu'en France, et pour finir deux autres romans (L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans - tome 1 & 2) se sont ajoutés à celui-ci pour continuer cette belle histoire d'Anne et de Joffrey. | photo de Marc Tardif

Fière de montrer mon p'tit premier, sortie depuis 4 ans déjà. Comme le temps passe vite. Depuis, il a traversé l'océan pour aller jusqu'en France, et pour finir deux autres romans (L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans - tome 1 & 2) se sont ajoutés à celui-ci pour continuer cette belle histoire d'Anne et de Joffrey. | photo de Marc Tardif

Voir les commentaires

Salon du livre de l'Estrie

Publié le par Sonia Alain

Au kiosque de LÉR (Les Éditeurs Réunis) pour mes deux tomes de "L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans" - 2013

Au kiosque de LÉR (Les Éditeurs Réunis) pour mes deux tomes de "L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans" - 2013

Voir les commentaires

1 2 > >>