Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chronique sur le Globe

Publié le par Sonia Alain

Une chronique sur le Globe

Par Sonia Alain, Le Globe

Le 23 septembre 2013

Rencontre avec Corinne de Vailly, une auteure très connue des jeunes

Je ne lis pas souvent des livres jeunesse, mais cette série m’avait beaucoup intriguée par le fait qu’elle se déroulait à l’époque des croisades.

Mélusine et Philémon

Une série qui nous transporte avec brio dans une époque peu connue, mais si riche en évènements. C’est un véritable plaisir de découvrir les us et coutumes de cette période de l’humanité. Le contexte historique est vraiment bien détaillé, si bien qu’on a l’impression de s’y retrouver à notre tour. Le récit est étoffé de mots pittoresques, d’ailleurs un lexique se trouve à la fin de chaque tome à titre explicatif. Une façon agréable et différente d’apprendre l’Histoire.

Un livre empli de mystère, d’intrigues et de suspense. Une combinaison idéale pour les jeunes lecteurs. La légende de Mélusine qui est dévoilée petit à petit ajoute au charme. Philémon croise le chemin de différents personnages les plus colorés les uns que les autres durant son périple, ce qui agrémente d’autant plus le récit.

Philémon est la clé d’une prophétie ancienne concernant Mélusine. Il porte en outre la marque qui le désigne comme l’hériter d’un anel enchanté. Un grand destin l’attend, mais sa route est parsemée d’embuches…

Tome 1 : L’anneau du Diable

Philémon est un jeune valet au service du frère Ondaric dans la ville sainte de Jérusalem. Il est également le filleul du chevalier Géraud, un homme qui en connaît plus qu’il ne le croit sur sa destinée. Bien malgré lui, Philémon se retrouvera entraîné dans une suite d’évènements marquants, qui se succèderont à un rythme effarant. Un soir, il est témoin d’un complot qui vise la jeune Sibylle, la sœur du nouveau roi. Grâce à lui, celle-ci sera sauvée. Cependant, son action n’est pas sans conséquence, puisqu’il devient à son tour la cible des conspirateurs.

Tome 2 : L’Ordre de l’Épée

Obligé de fuir avec son cousin Grégoire d’Irfoy, Philémon quitte cette terre qui lui est si chère pour rejoindre son père dans des contrées lointaines. Fils bâtard de celui-ci, il entreprend sa quête en compagnie des frères de la congrégation dans un premier temps, et avec son cousin par la suite. Mais est-il vraiment seul, car dans leur sillage, deux hommes étranges guettent chacun de leurs gestes? Sont-ils amis ou ennemis? Et quel est ce groupe mystérieux qui porte le nom de « L’Ordre de l’Épée »? Sur sa route, il croisera un mire, Noâm ben Eleazar. Pourquoi ce sage tient-il temps à lui?

Tome 3 : Par les larmes et le sang

Le périple de Philémon en terre étrangère se poursuit. L’hiver est arrivé, cependant, lui et son cousin Grégoire se doivent de continuer leur route envers et contre tout. Leur destination est Hierges, lieu de résidence du père de Philémon. Sur leur chemin, ils découvrent les Cuves, des grottes mystiques qui auraient abrité Mélusine à une certaine époque. Mais ils ne sont pas seuls à explorer l’endroit. Plus que jamais, Philémon doit faire preuve de courage, surtout qu’il détient désormais dans les replis de ses vêtements un objet précieux légué par Mélusine.

Une aventure qui vous entrainera sur les traces de la légende de Mélusine…

Voici un extrait

Le page ne dit mot, gardant ses regrets, ses interrogations et ses craintes au fond de lui. Enfant illégitime, il ne voyait pas du tout comment il pourrait devenir ce chevalier sans peur, ce grand combattant dont on lui parlait.

Philémon était muet de stupeur. Le ciel lui serait tombé sur la tête qu’il ne se serait pas senti plus assommé. Tout était décidé pour lui; il n’avait pas un mot à dire. Il avait l’impression d’être un pion sur le damier d’un jeu d’échecs.

Mélusine est Philémon (tome 1) : L’anneau du Diable, Corinne de Vailly, Éditions Hurtubise, 2012

Entrevue

Quel genre de recherches nécessite l’écriture d’une telle série?

J’ai commencé par faire une recherche sur la légende et le personnage de Mélusine lui-même. Donc, relire la légende, mais également consulter des essais parlant de ce personnage sur le plan de la mythologie.

J’ai également lu sur l’amour et la chevalerie au Moyen Âge, ensuite des encyclopédies sur l’architecture, les armes, les châteaux, la nourriture, les vêtements du 12e siècle, et sur les personnages historiques tant dans les États latins d’Orient qu’en Occident. J’ai consulté de nombreux documents sur les voyages au Moyen Âge et les différents lieux (Jérusalem, Acre, Terre sainte en général, Marseille, les cuves de Sassenage, le Vercors (Quatre-Montagnes), Hierges…) afin de retrouver les plans, cartes et noms d’époque.

Au fur et à mesure de l’écriture, je devais continuer à me documenter pour tel ou tel lieu, ou tel personnage historique que mon héros pouvait rencontrer, etc.

Pourquoi avoir choisi la légende de Mélusine?

Depuis l’adolescence, je suis passionné de mythologie celtique. J’ai lu des centaines d’ouvrages sur le sujet. Tôt ou tard, quand on est plongé dans le monde celte, on finit par tomber sur Mélusine (qui correspond, bref, à l’archétype de la déesse-mère celtique). Lorsque j’écrivais Celtina, je savais qu’un jour ou l’autre, je m’attaquerais au personnage de Mélusine… ce n’était qu’une question de temps et d’occasion.

Finalement, je suis heureuse d’avoir écrit Mélusine après Celtina, car l’expérience que j’ai acquise en écrivant ma série celtique en 12 tomes m’a permis de mieux cerner le personnage et surtout je pense acquérir une certaine maturité dans l’écriture.

Qu’est-ce qui vous attire dans cette période de l’histoire?

L’époque des Templiers, des Hospitaliers, bref de tous ces ordres de chevalerie m’a toujours fascinée… depuis l’enfance d’ailleurs. Je me souviens avoir joué à Thibault ou les croisades, habillées d’un drap blanc avec une aiguille à tricoter en guise d’épée, et de faire prisonnier mes frères ou ma sœur.

Pour moi, c’est l’aventure à l’état pur, même si, non merci je n’aurais jamais voulu vivre à cette époque assez violente (quoique la nôtre n’a rien à lui envier sur ce plan) et que la place des femmes était assez limitée. Même si certaines ont pu tirer avantageusement leur épingle du jeu, ce n’était pas la norme. Il s’agit aussi d’une époque de grandes réalisations, les Hospitaliers étaient une sorte de Médecins sans frontières avant l’heure, quant aux Templiers, n’oublions pas qu’ils étaient de redoutables banquiers.

Y a-t-il une suite de prévue au tome 3?

Le tome 4 (Le Cri de la femme serpent) est parût le 4 septembre.

Royaume de France, 1177 – 1260. Après quelques années passées à Paris, à étudier la Tradition, Philémon se sent prêt à reprendre la quête du deuxième anneau de Mélusine. De drames en péripéties, sa route est parsemée d’embûches, de retrouvailles, d’amour et de surprises. Le récit de la vie de la fée parvient à sa conclusion, mettant au jour des révélations susceptibles d’aider le jeune homme dans sa quête. Philémon mettra-t-il enfin la main sur le précieux anneau? Pourra-t-il rentrer chez lui, sauver le royaume latin et retrouver son amour de jeunesse, Sibylle de Jérusalem?

Pour suivre l’auteure, vous pouvez la retrouver sur :

Liste de ses parutions

  • L’Amour à mort, Éditions de Mortagne
  • Série « Emrys », Éditions Les Intouchables
  • Série « Phoenix», Éditions Du Trécarré
  • Plusieurs contes chez les Éditons Goélette
  • Série « Morgan », Éditions Goélette
  • Série « Celtina », Éditions Les Intouchables

Le Globe

Commenter cet article